• Red Rock Challenge

    10649748_1536892083191710_7743812957877420111_n.jpg

     

    SITE

    Lien photos : https://www.flickr.com/photos/redrockchallenge/

     

    Ce samedi 12 octobre, j'ai pris la direction du Grand-Duché du Luxembourg pour participer au Red Rock Challenge qui se déroulait, sur 2 jours, sur le site du Lycée Belval près de Esch-sur-Alzette. Sur ces 2 journées, plusieurs disciplines étaient proposées : vtt (randonnée 40 km ou marathon chrono 38,60,75 km), course à pied (trail de 18,32,75 km + 4h par équipe), cross duathlon (22/10/18) et de la randonnée pédestre (32 km).

     

    Comme d'habitude, au Grand-Duché, il a fallu sortir un peu le portefeuille. Mais bon, nous recevions en cadeau des manchettes  et je sais que, d'habitude, il n'a rien à redire sur les organisations au GDL. L'un dans l'autre, le prix n'est finalement pas si excessif. Je m'étais pré-inscrit avec mon frère sur le cross duathlon que l'on ferra en équipe : lui pour la course à pied et moi pour le VTT.

     

     Après m'être amusé lors des 3h VTT par équipe à Arlon, j'ai voulu remettre ça mais en ligne cette fois-ci et avec le relais en course à pied que mon frère effectuera à mi parcours du vtt, j'aurai donc une petite pause entre ces 40 km que je devai s effectuer. Toujours dans ma phase d'entraînement à pied, je ne voulais pas faire le duathlon individuellement pour en faire de trop !

    10672063_1546454538902131_3483442718254059181_n.png

     Avec un départ à midi, nous nous étions donné rendez-vous à 11h sur le parking du lycée de Belval où étaient situés les inscriptions, bar, exposants, .. et où se déroulaient les départs. Le temps d'aller chercher nos dossards et de m'habiller, pendant que j'allais débuter mon échauffement, Jonathan partait déjà pour tâcher de trouver l'endroit où avaient lieu les transitions, sur le site "Fond-de-Gras" situé entre Niederkom et Rodange (Il le trouvera de suite mais, c'était sauf qui peut car rien d'organisé pour cela ;-).

     

    Sur le coup de midi, le départ du cross-duathlon (individuel et par équipe), ainsi que la course vtt 40 km ont été donné sous un coup de sifflet et de suite, je vais me positionner en seconde position pour éviter tout soucis car le premier km était assez étroit. Passage sous le chemin de fer avec 3 escaliers et très vite nous allions rentrer dans les bois pour ne plus vraiment en ressortir ! C'est à partir de là que je suis rentré dans le rang car je suis tout simplement trop court pour suivre les meilleurs.

    MTB_40_CrossDuathlon.png

    Le parcours vtt

     

    Après une première montée raide, je vais me retrouver tout seul. Le début du parcours est assez exigeant et je ne peux pas faire l'effort pour revenir sur les 3-4 coureurs devant moi. Je vais d'ailleurs ne plus les voir après 5 km. Le parcours est top : tantôt des chemins roulants, tantôt des singeltracks avec du technique. Même si je suis dans le rouge, je prends plaisir à rouler ici. Vers le 15e km, je vais me faire dépasser par un duathlète individuel (Tom V.) et je vais pouvoir prendre sa roue ... 30 mIncertain. Je n'ai pas assez d'explosivité, pas assez de force quand les sentiers s'élèvent et je roule donc à mon train, comme je peux. Après une superbe descente technique, j'arrive enfin au Fond-de-Gras pour donner le relais à Jonathan qui partira de suite pour la course à pied. J'aurai parcouru les 20,69 km pour arriver à la transition en 1h03'45" (19,5 km/h). Nous étions, à ce moment-là, normalement 8e scratch et 2e équipe. Il devait avoir aussi 3-4 vététistes mais qui eux, repartaient directement vers Belval.

     

    15354757098_35cba21e1c_b.jpg

     

    RT_10_CrossDuathlon.png

    Le parcours à pied

    Jonathan parti, j'essaie de reprendre mon souffle mais je prends vite froid et marche donc un peu. Mon genou opéré me rappelle que je force dessus un peu de trop et très vite, il va se calmer Langue tirée. (C'est encore le cerveau qui décide, non ? ;-). En ayant roulé seul depuis quasi le début de course, j'avais bien peur que Jonathan court également seul sans apercevoir quiconque sur le parcours. Après 30', je décide de remonter sur le vélo et essayer d'apaiser un peu mes jambes lourdes. Je vois les 3 premiers individuels passer comme des avions et retourne sagement à la transition.

     

    Les écarts sont grands, le parcours a fait vraiment beaucoup de dégâts. Au loin, je discerne l'arrivée du 4e et juste derrière ... Jonathan ! Whouaaaaa, quelle remontée ! Il arrive près de moi, me met la puce autour du tibia. Je lui dis "je suis cuit !" et il me réponds : 't'inquiètes, les autres aussi !". Transition rapide et je remonte sur le vélo, après être sorti en courant de la zone des transitions, en 4e position scratch et 1ère équipe. Jonathan me dira qu'il a dû attendre 5 km pour commencer à distinguer des coureurs et les dépasser plus tard. Son parcours manquait un peu de singeltracks, hélas, pour qu'il s'amuse pleinement.

     

    14920199544_21b00b5980_b.jpg

    Bon, nous sommes 4e, je ne suis pas au mieux mais je devais rester 4e, pour Jo et pour me dire que je suis capable encore de quelque chose en vtt. J'admets que les coureurs juste derrière moi avaient 10 km de course en pied dans les jambes mais bon, ils ont été plus rapide que moi sur la première boucle et je ne savais pas à quoi  m'attendre. En repartant en côte directement et vu mon rythme, je me suis dit que j'allais vite me faire rejoindre. Mais au sommet, j'ai retrouver la motivation pour, de nouveau, mettre du braquet et aller de l'avant sans regarder derrière. Je savais que la deuxième boucle était plus facile, ce qui m'a aidé bien sûr car tant que ça montait pas trop fort et longtemps, j'avançais pas mal ! 

     

    Finalement, en me motivant continuellement, je ne reverrai jamais personne revenir sur moi et nous allons donc terminer ce cross-duathlon à une belle 4e place scratch mais surtout, nous allons remporter la course par équipe (ce n'est, certes, qu'une petite victoire par équipe, mais c'est toujours agréable à prendre Sourire). Je vais boucler les derniers 17,98 km en 50'51" (21,2 km/h) pour un total de 2h36'36". Jonathan a donc du courir les 10 km en 42'40" environ.

     

    15540955375_d2883925e5_b.jpg

    Satisfaits de l'autre, de nous-même et du résultat, c'est évidemment avec un léger sourire  que nous sommes allés nous changer pour revenir boire un verre, dévorer un mettwurst et monter sur le podium lors de la remise des prix (ça faisait longtempsssssssssssssssssssssss). Un grand merci à Jonathan d'avoir accepter de venir avec moi ce samedi et encore bravo à lui de nous avoir remis dans la course Rigolant. Une belle organisation (même si j'ai trouvé le fléchage ... "léger"), et surtout un terrain de jeu fabuleux ! A conseiller en tout cas !!!!!

     

    Classements des 2 jours

    (Allez dans "Ergebnislisten"et choisissez la course)

     

    15538200881_64fef8ce71_b.jpg

     

    Prochain post : vtt ou cyclo de Waltzing

  • VENTOUX ! (Acte 3)

    DIMANCHE 21

    Le dimanche, j'étais censé aller participer au vétathlon du Ventoux à Bédoin, raison pour laquelle j'avais amené mon vtt. Mais le samedi, en voyant l'état de mes jambes et surtout aussi pour ne pas perturber tout le groupe car nous étions censés rentrer en Belgique après le petit-déjeuner, j'avais prévu d'aller courir 1h30 tôt le matin.

     

    Mais voilà, comme annoncé dans le post précédent, un défi a été lancé le samedi soir au repas, peut-être sous forme de boutade au début : le groupe JRPMF Léglise n'avait monté le Ventoux que ... 41e fois ! Il fallait au moins avoir .... 50 ascensions ! Il n'en fallait pas plus pour que, sur un véritable coup de tête de tout le monde, nous organisions cette sortie le dimanche matin ! 

     

    Le défi était donc le suivant :

    Debout à 5h du matin pour mettre les vélos sur les voitures et puis direction Sault pour 11 d'entre-nous ! 

    6h30, dans le noir, certains avec une frontale, d'autres à l'aveugle ou presque, nous avons débuter notre ultime ascension du Ventoux pour ce séjour là-bas ! 

     

    C'est  véritablement avec la "tête dans le cul" que j'ai débuté, très calmement cette ascension. Très vite, le soleil allait montrer le bout de son nez et la question qui ne faisait que de passer dans ma tête (Qu'est-ce que je fous ici ?) va très vite se dissiper car ce que je vais voir, au fur et à mesure de la matinée, va vraiment m'enchanter. En effet, pas un nuage ce dimanche matin et ce levé de soleil était tout simplement magique ! Je vais m'arrêter quelques instants au bord de la route pour profiter et savourer pleinement le moment ! 

    DSC01573.JPG

    DSC01572.JPG

    S'arrêter le temps d'un instant et ... contempler !!

    DSC01574.JPGEntré dans la forêt, je vais commencer à rouler sérieusement et revenir sur le groupe de tête qui menait un bon rythme. Les jambes étaient revenus mais ce matin, au lieu de partir seul à mon rythme, j'ai préféré rester dans le groupe et  le tirer un peu. La fin d'ascension vers le chalet Renard se fera à très vive allure ! Juste avant cet endroit, petite pause ... petit déjeuner où les dames nous avaient gentillement dressé une petite table sur un banc ! Merciiiiiii Rigolant.

     

    Courte pause tout de même car il devait être environ 7h30 et il ne faisait pas chaud, vous en serez doutés. Sorti des bois, il nous restait donc les 6 km jusqu'au sommet et après le premier virage, pour la première fois depuis que je grimpe cette montagne (je l'avais  également gravi voici plus de 10 ans mais dans des conditions ... extrêmes car nous avions eu droit à un début de tempête de neige au sommet avec des t° négatives), je peux enfin apercevoir, au loin, l'observatoire situé au point culminant du mont ! Un autre point étonnant  était cette impression d'être seul face à ce géant ! Il n'y avait personne d'autre que nous sur la route !!!  Petite pause photo et je repars calmement pour la fin de la montée.

    DSC01575.JPG

    Durant cette montée, avec cet observatoire qui avait du mal à se rapprocher, je me suis demandé s'il n'était pas mieux de grimper là-haut sans voir au loin Langue tirée

    DSC01586.JPG

    les derniers hectomètres ...

    Les pourcentages sont plus difficiles et mon 34/25 est toujours aussi pénible à emmener Langue tirée. Je vais arriver au sommet après 1h38' d'effort , soit 9' en moins que vendredi. Au sommet, aucun nuage, un tout petit de vent et la vue à 360° est juste ... impressionnante, on se sent vraiment tout petit !  Quelques traileurs et vélos commencent à arriver également, mais peu de bruit, peu de mot car tout ce petit monde reste abasourdi devant un tel panorama ! 

    DSC01577.JPG

    "La montagne nous offre le décor ... à nous d'inventer l'histoire qui va avec !"

    Nicolas  Helmacher

    DSC01580.JPG

    DSC01578.JPG

    On reste difficilement indifférent et souvent sans voix devant un tel spectacle de la nature ...

    Au fur et à mesure des arrivées de mes 10 compères, le retour à Propiac s'organise avec les quelques voitures des dames qui étaient venus nous supporter. Pour ma part, je vais attendre les derniers en allant même les rechercher pour faire les derniers 400 m avec eux. Je garderai longtemps gravé en moi  ce visage de fierté, d'émotion et de joie de l'un d'entre eux ! Une incroyable image qui donne tout son sens au dépassement de soi dans le sport !  Enfin voilà, bravo à tous, 11/11 ce dimanche matin et surtout le chiffre de 50 montées atteint et même dépassé par le groupe !!!Sourire

    DSC01585.JPG

    "Le cycliste est un homme qui conduit son corps là, où, un jour, ses yeux ont regardé ...."

    Citation, légèrement modifiée, de Gaston Rébuffat

    Pour les derniers, ils nous restaient plus qu'à savourer la descente vers Sault sur une route sèche, dégagée, un véritable régale. 38' plus tard (10' en moins que vendredi), nous étions de retour à la camionnette. Le temps de replacer les vélos sur le toit et nous étions reparti vers Propiac pour vite nous doucher, placer les bagages dans la voiture, payer notre hôtel et c'était parti pour un long, très long, très très long retour qui m'a paru interminable  !! Langue tirée

    DSC01583.JPG  DSC01582.JPG

    Pour suivre un peu la tendance, petit ..."selfie" en souvenir de cette belle matinée 

     

    Pour résumer, j'ai passé  un superbe et éprouvant séjour avec un groupe toujours aussi conviviale et sympa ! J'aurai gravi le Ventoux à 4 reprises, rouler 238,6 km avec 12h de selle et plus de 6500 m de dén +. Pas si mal que ça finalement ! Il me restera plus qu'à le grimper à pied, en vtt, en nocture ou en skate-board la prochaine fois ! Clin d'œil  Je n'aurai qu'une phrase à dire : "vivement l'année prochaine pour un autre col, un nouveau challenge, une nouvelle aventure ....."

     

  • Allure libre d' Ebly

    ob_804b9e_televie-2014.JPG

    Dans le cadre de la 12e opération TELEVIE du village d'Ebly (Léglise), une allure libre de 5 et 10 km + un 15 km était organisée pour la première fois en lieu et place à la traditionnelle randonnée VTT où les autorisations de fréquenter les bois deviennent de plus en plus difficiles à obtenir tant mettre des bâtons dans les roues devient un loisir chez nos "amis" de la DNF.

     DSC01596.JPG

    J'avais convié mon groupe de JCPMF de Léglise de venir participer à cette organisation en guise d'entraînement et étant donné que c'était pour une très bonne cause. Nous étions plus d'un dizaine à être présent dont la plupart (moi compris), se sont lancés sur le 10 km (10,5 km) mais il y en avait deux qui ont voulu faire le 15 km. (16,5 km)

     

    Après un petit échauffement de 10', nous étions sur la ligne avec la petite centaine de participants. Sur le coup de 10h, les 3 courses étaient partis ensemble ...

    DSC01595.JPG

    Après la traversée du village sur route dont une belle montée pour atteindre et traverser la route Neufchâteau-Martelange, nous rentrions dans les bois pour ne pas les quitter durant 8 km. Un superbe parcours sous une météo parfaite pour courir, quoi demander de plus Sourire. Au niveau course, je vais me retrouver vite seul après être entré dans les bois. Devant moi, 3 coureurs trop rapides et derrière, plus personne pour me suivre. Au fil des km et arrivé à la bifurcation des 10 et 15 km (la bifurcation des 5-10 km avait été déjà franchie), je ne vois plus personne !! Personne derrière et encore moins devant mais ne sachant nullement où je me situe. 

    Je continue donc sur un faux rythme et c'est en dépassant un marcheur que je me rends compte que je suis en tête du 10 km (Dans les 3 coureurs devant moi, 2 étaient sur le 5 km et 1 sur le 15 km). Mais comme je ne voyais vraiment personne derrière en me demandant des fois si j'étais bien sur le parcours, je ne pouvais pas me donner à fond comme en résistant à quelqu'un par exemple ou en tâchant de revenir sur un coureur devant moi. Le parcours est splendide et assez difficile, le balisage parfait. De retour à l'entrée de Ebly, nous allons retrouver du bitume pour le dernier km. Je vais donc remporter ce 10,5 km dans un temps médiocre de 49'39" mais le parcours n'était, et de loin, pas facile et pas du tout roulant.

     

    Comme je devais courir 1h30 ce jour-là, je suis allé rechercher un par un mes "élèves" et les ramener jusqu'à l'arrivée. Au final, tout le monde ou presque Langue tirée aura terminé sa course et pour ma part, j'aurai couru mon 1h30' avec plus de 17 km dans les jambes. Pour les classements, .... aucune idée ! J'ai envoyé un mail et comme d'habitude, pas de réponse ....

     

    Prochain post : Ventoux (acte 3)

  • 18e Trophée des Communes Sportives

    DSC_5220.jpg

    Habay Version 2014

    Ce samedi 27 septembre, j'ai participé, pour la première fois, au trophée des Communes Sportives. Ce trophée se veut de réunir le plus possible de sportifs et sportives des diverses communes de la région Wallonie-Bruxelles dans une compétition où 6 épreuves sont retenues pour engendrer le maximum de points en fonction des classements des épreuves suivantes : Jogging (10 km), Natation, Vélo tout terrain( 3h/2), Mini-football, Pétanque et Tir à l'arc (échevin(e) des sports).

     

    Comme cette année la grande fête du sport se déroulait à Arlon, la commune d'Habay a voulu participer et m'a contacté pour représenter le vtt, chose que j'ai accepté évidemment. 

    DSC01587.JPG

    Autant de monde que sur la Grand Place de Bruxelles, ou presque...

     

    Petit déplacement donc pour moi et c'est vers 8h20 que je rejoindrai mon coéquipier Christophe pour l'épreuve vtt car la course était un 3h par équipe de 2. Le temps de nous habiller en vététistes et nous avons rejoint la grand-place d'Arlon en vélo pour retrouver les autres sportifs de la commune pour nous souhaiter bonne chance et pour la photo souvenir ! Après quoi, nous avons pris la direction du centre ADEPS pour aller chercher notre plaque chrono et repérer le parcours long de 5,5 km.

     

    image2.JPG

    Circuit très très roulant et trop peu technique, long de 5,5 km !

     

    DSC01593.JPG

    Le départ fictif du vtt, sur la grand-place.

     

    Prévu à midi, le départ vtt a eu lieu en réalité à 13 h Incertain pour des raisons de retard dans l'organisation. C'est Christophe qui allait prendre le départ pour me donner le relais ensuite. Nous allions le faire à chaque tour car, même si on perdait un peu de temps dans la zone de transition par le fait que nous devions la traverser à pied et le temps de mettre cette plaque, nous aurions perdu plus si nous étions repartis pour un second tour.

     

    Durant mes relais, je rattrapais souvent d'autres coureurs, surtout dans les zones montantes. C'est bien simple, je ne vais me faire dépasser par personne, même si nous allons avoir un tour en moins que les meilleures équipes. Même si ma dernière course vtt datait du ...02 janvier 2012 (Thiméon et ma grosse chute), je retrouve assez vite les sensations des xc vtt et c'était assez plaisant mais toujours autant épuisant car c'est à fond, à fond, à fond !

    DSC01594.JPG

    La zone des relais

    Mais voilà, après 1 heure de course, je suis allé voir les classements intermédiaires et je constate que rien ne correspond à la réalité de la course car nous avions 30" d'avance sur une équipe avec qui on luttait depuis le début de la course, or ceux-ci avait .... 4' d'avance !??? J'ai été avertir le responsable chrono qui n'a rien voulu entendre évidemment ...

     

    Au fil de la course, il n'y avait toujours rien de correspondant entre la réalité et ce qui était indiqué sur le classement provisoire. Sans rien trop comprendre, j'ai continué à rouler pour m'amuser et je ne pouvais pas faire grand chose d'ailleurs pour élucider ce mystère. 

     

    Dans mon dernier tour, je vais tout donner et rattraper une dizaine de coureurs qui étaient dans le même tour que nous ou même qui avaient un tour d'avance. Dans la seule bosse du parcours, je vais dépasser 2 vététistes dont un que je connais bien et qui représentait la commune de Virton. Sur la ligne d'arrivée, je vais garder quelques secondes d'avance sur lui. Mais voilà, le soir, après que les classements aient été publiés, je constate que le n°33, à savoir le numéro que nous étions censés représenter, avait terminé avec .. 7'22" d'avance sur Virton. Je regarde qui avait terminé quelques secondes devant eux et puis je comprends de suite : Chronorace avait collé la puce du n°34 sur notre plaque n°33 !!! Tous les temps du n°34 correspondent à nos temps !!! 

    image1.JPG

    Collection Printemps-Eté de B&B Concept Langue tirée

    Nous avons donc roulé ce samedi là, Christophe et moi, pour la commune de Hamois et avons terminé 25e sur 68 équipes. Officiellement, nous allons terminer 36e ! Une erreur d'amateur que Chronorace, évidemment, n'a pas voulu corriger et malgré le fait que je leur ai envoyé un mail pour leur expliquer le cas. Ils n'ont même pas répondu ..

     

    Au final et officiellement, Habay va terminer en 8e position de toutes les communes présentes (sur 73) mais logiquement, avec les points en plus que l'on avait remporté en VTT, nous aurions dû être 5e !!! Heureusement, rien ne change pour le classement par catégorie et Habay terminera médaille de bronze dans la catégorie commune de moins de 10000 habitants. 

     

    Que retenir ? Eh bien, je suis bien sûr déçu de cette erreur de chronométrage. Même si l'erreur est humaine, la "non-réaction" des chronométreurs est assez frustante. J'aurai effectué 7 tours pour un total de 38,23 km en 1h28'21", et donc à du 26 km/h. Les sensations étaient spéciales au début mais je me suis vite repris au jeu de la compétition. Je suis naturellement loin de ma condition d'antan, mais c'était sympa de me retirer la bourre sur un vtt. Un tout grand merci aussi à co-équipier Christophe et à la commune de m'avoir demandé de les représenter (même si finalement, ce n'a pas été le cas ;-)

     

    Résultats

    Prochain post : allure libre d'Ebly

  • VENTOUX ! (Acte 2)

    Samedi 20 :

     

    Samedi matin, après un petit déjeuner tout ensemble où il nous fallait plus parler d'ascension du Ventoux ou presque Clin d'œil, il était prévu une sortie en groupe jusqu'à une brasserie située à Lafare où nous avions réservé un grande et longue table pour tout le groupe pour le repas du midi. La journée de vendredi ayant épuisé plus d'un, c'est finalement avec le seul Stéphane (le grand organisateur de cette aventure) que je suis allé "décrasser".

    image3.JPG

    La photo de "famille" : en l'absence de 2 personnes (sur la photo) qui dormaient ailleurs, nous étions une belle petite brochette de 13 personnes à rouler dans le Vaucluse ce grand weekend-là !

    Sortie soi-disant "cool" mais ici, rien n'est plat ! Les jambes sont lourdes et je sentais bien que j'avais forcé un peu sur des crampes mais, Stéphane avait mieux récupéré que moi car dès que ça montait, il trouvait un rythme plus élevé et j'étais donc un peu à la traîne. Je voulais aussi profiter des lieux car le soleil était bien présent, ce qui changeait de la journée de vendredi.

     

    Sur de toutes petites routes, et après être descendus et passés à Propiac, juste avant Mollans-sur-Ouveze, nous avons tourné à droite pour franchir la "Pas du Voltigeur" et avons traversé le joli village d'Entrechaux. Après le "Pas du Loup", nous avons pris la direction de Malaucène. Sur cette portion de route, j'ai, 2e fois en 2 jours, de nouveau crevé de l'arrière Incertain(petite pierre dans le pneu). Le temps de réparer et nous étions repartis en espérant que le petit trou dans le pneu n'allait pas me mettre pied à terre définitivement. Petite vérification à Malaucène (il a tenu bon !) et nous allions rentrer dans le vif du sujet de notre sortie avec quelques cols au programme mais toujours en mode "tourisme".

     

    Direction Suzette par le col de la chaîne et le col de Suzette. Là-bas, je vois la pancarte "le Barroux 4 km" et demande à Stéphane si on peut y aller car nous avions le temps et on m'avait dit du bien de ce village. 

    DSC01554.JPG

    Le petit village du Barroux, dominé par son château (ancienne forteresse)

    DSC01556.JPG      

    Quoi  de plus rapide et de plus facile qu'un vélo pour une visite dans les ruelles d'un village ? Clin d'œil       

     

    Après avoir arpenté les ruelles du village, nous avons fait demi-tour pour ... revenir au col de Suzette par la route que nous avons descendu ! Pensant que c'était notre dernière sortie là-bas, l'envie de monter des routes avec des pourcentages dépassant les 10 % est revenue !! La montée n'était pas longue mais c'était bien raide et avec plus de 25°, j'ai ...sué !Langue tirée

    DSC01559.JPG

    Les Dentelles de Montmirailles vues sur la route entre le Barroux et Suzette.

    DSC01561.JPG

    Les Dentelles de Montmirailles vues du col de Suzette.

     

    Après une belle descente vers Lafare (lieu de rdv pour le repas du midi), nous avions encore 30' d'avance sur l'heure prévue. Du coup, Stéphane me lance le défis de prendre la petite route qui part du village et qui s'enfonce et monte dans les Dentelles de Montmirailles, chose que j'accepte évidemment ! Si le début est aisé, on va trouver à un moment donné des portions à plus de 12 % ! Pauvres jambes .....

    DSC01562.JPG

    Belle petite vue sur la petite chaîne de montagne et sur le village, en contre-bas

    DSC01563.JPG

    DSC01564.JPG

     

    DSC01565.JPGPetit arrêt photos comme vous l'avez vu et ensuite retour rapide au centre de village pour rejoindre la brasserie où arrivaient nos premiers compagnons de table. Au final, petite sortie de 2h24', 50,5 km et 1000 m de dén +, pas mal pour un décrassage !!!

     

    Après le repas, pas de retour en vélo mais en voiture. Mais avant de rejoindre l'hôtel au col de Propiac, certains d'entre-nous (dont moi ;-), sommes allés visiter une cave du côté de Sablet en ... n'oubliant pas, naturellement, de ramener quelques bouteilles en Belgique ! Par la suite, nous avons été nous balader à Vaison-la-Romaine (sympa la ville) et à Malaucène. Retour vers 18h30 à Propiac pour ... la douche pour moi et ensuite le repas du soir où une drôle de décision, sous forme de défi, allait être lancée, peut-être à la rigolade au début mais ensuite, en toute réalité ... à suivre dans acte 3 Langue tirée.

     

    DSC01566.JPG

    Repos mérité pour nos montures

    DSC01569.JPG

    Le monument aux Morts de la 1ère Guerre Mondiale, au pied de la ville-haute de la citée médiévale de Vaison-la-Romaine

    DSC01568.JPG

    Le fameux pont gallo-romain de Vaison-la-Romaine où coule paisiblement l'Ouvèze (quand elle veut comme en septembre 1992 où elle avait monté ... plus haut que le pont :-( !!!)

     

    Prochain post : trophée des communes sportives