• city-trip New-York (10 ème partie)

    De la Statue de la Liberté, nous avons donc repris le ferry pour la visite de Elis Island, une île historique face à la ville de New York dans l'État du New Jersey. Lieu historique devenu un symbole emblématique et monument historique où les immigrants débarquaient massivement dans le Nouveau Monde entre 1892 et 1954 en quête de réaliser le rêve américain ...

    HPIM4302
    L'île accueillit environ 12 millions de personnes entre son ouverture le 1er avril 1892 et sa fermeture le 11 septembre 1954. La plupart des immigrés qui passaient par Ellis Island étaient européens, mais un nombre considérable d'entre eux venaient également de pays arabes dominés par l'Empire ottoman, qui a duré du XVe siècle au XXe siècle.Cette île, de 1,2 hectare à l'origine, s'est étendue à 11 hectares au fur et à mesure de la croissance du centre d'examen des immigrants. On pouvait en période de pointe examiner jusqu'à 5000 personnes par jour.Après 1924 et les lois sur les quotas d'immigration de Johnson-Reed, qui ont considérablement diminué l'immigration, le centre est devenu un lieu de détention et d'expulsion pour les étrangers indésirables.

    HPIM4286
    Avant 1892 et l'ouverture d'Ellis Island comme centre de réception des immigrés à New York, il n' y avait rien. Le néant.Le débarquement des voyageurs se faisait à Fort Clinton, à l'extrême sud de Manhattan (aujourd'hui dans Battery Park). Ellis Island s'appelait alors Fort Gibson et était une place militaire faisant partie de la stratégie de défense de la ville contre la flotte britannique. Les habitants de Manhattan se plaignaient alors, imputant nombre de maux aux immigrés. L'île fut envisagée comme une bonne solution permettant d'isoler les arrivants avant leur acceptation et d'éviter les évasions. On nomma l'île Ellis Island en référence à Samuel Ellis, propriétaire de l'île dans les années 1770, avant son rachat par l'État de New York.
    L'extension de l'île a été rendue nécessaire par l'augmentation du nombre d'immigrés y transitant et le besoin de construire, par exemple, un hôpital. L'île a donc décuplé de surface. La terre utilisée pour cet agrandissement provient principalement du creusement du métro de New York, construit à la même époque.

    HPIM4312
    Après avoir eu plusieurs autres fonctions, elle abrite aujourd'hui le « musée national de l'histoire de l'immigration des États-Unis » depuis 1990, et des expositions, des photographies, des archives et des récits oraux y retracent l'histoire de l'immigration aux États-Unis. Munis de nos audioguides, la visite a été très intéressante et enrichissante. On a visité ces bâtiments comme si on était nous-même des immigrants ... et cela nous a vraiment marqué !

    HPIM4310
    La salle d'enregistrement !

    En débarquant du bateau qui les avait amenés jusque-là, les aspirants à l'immigration subissaient un examen médical et un examen administratif. Le but était de vérifier que le candidat répondait aux critères d'admission à l'immigration vers les États-Unis, était apte à travailler et à gagner sa vie et ne constituait pas une menace pour la société.
    L'examen médical commençait dès la montée des marches nécessaire pour accéder à la salle principale du bâtiment. Des médecins militaires, en uniforme et intimidants, observaient la démarche des candidats, cherchant les signes de 60 affections ou défauts (physiques et mentaux) chez chaque individu. Étant donné le très grand nombre de personnes à examiner chaque jour et le peu de médecins disponibles, 6 secondes étaient accordées en moyenne à chaque arrivant. Si un problème était suspecté, le sujet était marqué à la craie, identifié ainsi pour subir un examen plus approfondi.Puis chaque arrivant subissait une série d'examens tout aussi rapides mais plus précis. Il y avait notamment un examen des yeux (le dessous de la paupière) à la recherche de signes de trachome, effectué grâce à un crochet à boutons.
    En cas de refus de l'administration, le retour du candidat se faisait si possible dans le même bateau que l'arrivée, à la charge des différents transporteurs.Les enfants de moins de 10 ans qui étaient refusés étaient renvoyés accompagnés d'un adulte à la charge du port mais ceux qui avaient plus de 10 ans étaient considérés comme capables de se débrouiller seuls. Si l'un des parents voulait le raccompagner ils devaient payer un billet de retour pour un adulte. La plupart du temps les personnes refusées n'étaient pas renvoyées dans leur pays d'origine.




    Donc, après cette très belle visite, reprise du ferry pour revenir à Manahattan et visiter ... le quartier le plus au sud de l'île, le Financial District ! C'est là que sont implantés les sièges des plus grandes sociétés et institutions financières de la ville, dont la Bourse de New York.

    250px-Wall_Street_SignC'est évidemment ici que l'on a découvert la fameuse WALL STREET !

    Cette rue part à l'est de Broadway en direction de l'East River jusqu’à South Street ; elle traverse une partie du Financial District. Au xviie siècle, elle formait la limite nord de la colonie de Nouvelle Amsterdam appartenant aux Hollandais. Ils y avaient construit un mur de poutres et de terre, pour se protéger des indiens Lenape et des colons britanniques, qui ne fut jamais mis à l'épreuve des batailles mais fut démoli par les Anglais en 1699.Avec le temps, Wall Street a fini par désigner l’ensemble du quartier ainsi que la plus importante bourse du monde, le New York Stock Exchange (NYSE). Par métonymie, l’expression renvoie aujourd’hui au monde de la finance new-yorkaise.

    L’histoire de Wall Street remonte au XVIIe siècle, à l’époque où la future ville de New York appartenait à l’empire colonial hollandais d’Amérique. La ville s’appelait alors “La Nouvelle Amsterdam” (principalement établie sur l'île de Manhattan), et la colonie était baptisée “Nouveaux Pays-Bas”. Bien que le nom “Wall street” (signifiant “rue du mur” en anglais) tienne de l’existence d’un seul et même mur à la place de la rue actuelle, les plans de la Nouvelle Amsterdam montrent deux noms différents pour cette rue. Quoiqu’il en soit, “De Waal Straat” (nom hollandais) ne se rapporte pas à un mur, mais à un important groupe de colons qui participèrent à la création de la Nouvelle Amsterdam : des Wallons francophones. Vers 1630, la population totale des nouveaux Pays-Bas était de 300 personnes, dont une grande majorité de Wallons. Environ 270 personnes vivaient autour du Fort Amsterdam chargé de protéger la nouvelle ville, exerçant pour la plupart le métier de fermier. Étymologiquement, en hollandais, un Wallon se dit “Waal”.

    HPIM4315
    Le New York Stock Exchange, ou NYSE. Son origine remonte à la signature le 17 mai 1792 par 24 agents de change de New York d'une convention dite "L’accord de Buttonwood", c'est-à-dire du platane ("buttonwood tree" en anglais), du nom de l'arbre sous lequel ils avaient l'habitude de se réunir, situé à l'emplacement de l'actuel 68, Wall Street.
    Le krach de 1929 est une crise boursière qui se déroula à la New York Stock Exchange entre le 24 octobre et le 29 octobre 1929. Cet événement marque le début de la Grande dépression, la plus grande crise économique du xxe siècle. Les jours-clés du krach ont hérité de surnoms distincts : le 24 octobre est appelé jeudi noir, le 28 octobre est le lundi noir, et le 29 octobre est le mardi noir.

    HPIM4313
    Federal Hall, situé au 26, Wall Street a été l'emplacement du premier hôtel-de-ville de New York et du premier capitole des États-Unis d'Amérique. Le batiment d'origine a été détruit au xixe siècle et remplacé par la structure actuelle. Le bâtiment appartient maintenant au National Park Service sous le nom de Federal Hall National Memorial, un musée qui commémore le bâtiment précédent. Il est inscrit sur le National Register of Historic Places.Federal Hall est, avec le National City Bank Building, le plus ancien de Wall Street. Une statue de George Washington devant l'entrée rappelle que c'est là que le premier président américain prononça son serment d'investiture en 1789. Son architecture de style Greek Revival contraste avec les gratte-ciel environnants.

    800px-Photos_NewYork1_032
    Depuis les attentats de 2001, on ne peut plus visiter la Bourse. Le quartier étant désormais surprotégé par des policiers qui sont devenus finalement l'attraction du coin : il y a des jours où les touristes font la queue pour être pris en photo avec eux !

    HPIM4316
    La Réserve fédérale de New-York !
    La Réserve fédérale (Federal Reserve System), appelée souvent Federal Reserve ou, plus court encore, Fed, est la banque centrale des États-Unis. La Réserve fédérale :décide de la politique monétaire des États-Unisavec un double objectif de stabilité des prix et de plein emploiet l'obligation de faciliter la croissance économique;supervise le système bancaire américain;publie des rapports, tels que le livre beige, relatifs à l'économie américaine;agit comme prêteur de dernier ressort;mais n'a aucune responsabilité quant à la valeur externe de sa devise, le dollar US.
    Constitué de 12 banques régionales, elle forme un réseau privé dont les banques commerciales régionales sont actionnaires.
    La plus importante d'entre elle est la Federal Reserve Bank de New York, à laquelle échoit la supervision de l'une des plus importantes places bancaires mondiales (que certains situent en deuxième place). Elle concentre plus de 40 % des actifs des banques régionales. Elle constitue la plus grande réserve d'or du monde avec 9 000 tonnes en dépôt en 2006 dont seulement 2 % appartiennent aux États-Unis. Les principaux propriétaires sont une cinquantaine d'états étrangers, des organismes internationaux et quelques particuliers.



    Nous avons été ensuite nous restaurer dans un fabuleux restaurant où durant notre repas, nous avons été accompagné par un pianiste qui était perché au-dessus de la salle, devant la vitrine. Ce restaurant ??? Le Mac Donald's !!!!!

    Après quoi nous avons continuer notre balade et voulu allez voir GROUND ZERO (situé à 200 m du resto !). Ground zero est un terme anglais utilisé pour indiquer l'endroit précis sur le sol où a lieu n'importe quelle explosion. Il a surtout été utilisé à partir des attentats de 2001 pour désigner l'ancien emplacement
    du World Trade Center à New York

    HPIM4317
    Voilà tout ce qui reste des tours jumelles, un trou béant ! On voit encore des traces de cette catastrophe sur la photo. Tout à droite (le plus haut), Le 7 World Trade Center fut le premier édifice à être reconstruit à proximité du site : les travaux débutèrent en 2002 et s'achevèrent en 2006.

    Sans rentrer de nouveau dans cette tragédie, vu la surface, ça devait être apocalyptique ce 11/09 ! En pleine reconstruction, nous n'avons rien su voir car toute la surface était cachée par des palissades. En juillet 2003, Fumihiko Maki, associé à Jean Nouvel, et Norman Foster sont choisis par la Lower Manhattan Development Corporation pour édifier trois des cinq tours du projet de reconstruction du site Ground Zero du World Trade Center, à New York. Le projet fut confié pour son ensemble, ainsi que la tour la plus haute, la Freedom Tower, à l'américain Daniel Libeskind. Son projet veut à la fois rappeler la tragédie du 11 septembre mais aussi donner espoir. Le souvenir et le devoir de mémoire seront symbolisés par la préservation de Ground Zero en sous-sol (les Memory Foundations) tandis que l'espoir en l'avenir sera représenté par une tour en flèche (Freedom Tower) qui devrait atteindre plus de 541 mètres de hauteur (ce serait alors la plus haute tour habitée au monde).


    HPIM4320
    L'East River entre-jambé par les Pont de Brooklyn (1er) et Pont de Manahattan (2e)

    Après avoir vu le "City Hall" (le siège du Gouvernement de New York), nous avons ensuite pris la direction des quais de l'East River et plus précisément, à hauteur de South Street Seaport, un lieu surprenant où on a vue magnifique vue sur l'East River notamment !

    HPIM4318
    Le pont de Brooklyn (ou Brooklyn Bridge) est l'un des plus anciens ponts suspendus des États-Unis. Il traverse l'East River pour relier l'île de Manhattan au quartier de Brooklyn.Long de deux kilomètres, il a été ouvert à la circulation le 24 mai 1883, après 14 ans de travaux. Pendant cette seule journée 1 800 véhicules et 150 300 personnes l'ont emprunté. Le pont a coûté 18 millions de dollars de l'époque et on estime que 27 personnes ont trouvé la mort pendant les travaux
    Longueur : 2 065 m
    Largeur : 28 m
    6 couloirs de circulation
    Hauteur des piliers : 90 m
    Hauteur du tablier : 44 m
    Poids : 13 000 tonnes.

    HPIM4324
    Le pont de Manhattan relie la partie inférieure de l'île de Manhattan au quartier de Brooklyn. Le pont a été ouvert au public le 31 décembre 1909, alors que sa construction (d'un coût de 31 millions de dollars de l'époque) n'était pas encore achevée. Il sera complètement terminé en 1912.
    Le pont possède deux niveaux de circulation. Le niveau supérieur offre quatre voies pour les véhicules, deux dans chaque sens. Sur le niveau inférieur, on trouve 3 voies pour les véhicules, quatre voies ferrées pour le métro et une allée pour les piétons. À ce niveau, le sens de circulation peut être modulé selon les besoins du trafic : les trois voies dans le même sens, ou deux voies dans un sens et une à l'opposé.
    portée principale : 448 m
    longueur totale : 2 090 m
    hauteur des pylônes : 102 m
    diametre des câbles : 54 cm

    HPIM4319
    Vue étonnante : sur Fulton Steet, le Shermerhorn Row (entre Front et South St) est l'alignement des maisons les plus anciennes de la ville. Quel contraste ces petits bâtiments, ces rues pavées, ... par rapport au grattes-ciel !

    Nous sommes ici situé à l'est de Lower Manahattan, au "South Street Saeport". C'est le berceau de l'Amérique, l'ancien coeur du port de New-York, hyperactif au XIXe siècle et jusqu'au début du XXe siècle. C'est ici que débuta la richesse de l'Amérique, dans le ballet incessant des clippers. Et puis c'est à Seaport que fut inaugurée, par Thomas Edison lui-même, la 1ère station d'éclairage urbain à l'électricité le 04 septembre 1882.

    il y a quelques années, le quartier fut sauvé de la démolition par une importante mobilisation populaire à caractère largement sentimental. Le vieux marché aux poissons a finalement déménagé dans le Bronx fin 2005, après 15 ans de rebondissements. Du pain bénit pour les promoteurs qui sont en train de créer à la place une zone de loisir et de promenade. Un lieu à ne pas rater !

    HPIM4322
    Le South Steet Seaport Museum : au pied des buildings, un musée installé dans un entrepôt datant de 1812. Celui-ci retrace l'épopée maritime du port de New-York. Avec le ticket d'entrée, (que l'on a pas pris !) on peut visiter 2 bateaux à quai : "l'Ambrose" (1908, à droite sur la photo) mais surtout le "Pekin" (1912, au centre), le 2e plus grand bateau à voile au monde. Manoeuvré par une soixantaine de marins, ce cinq-mâts, tout en métal et en bois, servait au transport des nitrates. Rescapé de la démolition, il est ancré dans le port de New York depuis 1976.


    Après cette belle journée de visite, nous avons repris le métro vers le centre de Manahattan, et après être passé à notre hôtel, nous avons pris, en début de soirée, la direction .... du MADISON SQUARE GARDEN ....

  • Course VTT à LA CALAMINE

    Ce dimanche matin, après une soirée du samedi des plus arrosées (pluie mais surtout .... la fête du Maitrank à Arlon avec Fany, Thomas et Anne-Catherine; et juste avant de rentrer, avec Vincent !), je suis allé ouvrir les 10 miles de Marbehan, épreuve qui compte pour le challenge des allures libres d'Ardenne.

    Le temps de parler avec Vincent Damoiseaux et Jean-Marie (le kenyan blanc) qui faisait pour sa part le court (6 km), et sur le coup de 10h, José Dewiscourt donne le coup de départ. De suite, Jean-Marie prend la poudre d'escampette avec presonne dans son sillage. Mais au km 1,5, c'est déjà la bifurcation. A ce moment-là, Jonathan Deckeyser avait commencé à mette sa machine en route pour les 16,1 km. Très impressionnant de faciliter (il me parlait sans l'air d'être essoufflé alors qu'il courait facilement à du 20 km/h !), remporte ces 10 miles en 55'30". Sur le court, Jean-Marie l'emporte aussi aisément.


    vor


    Le temps de rentrer et monter le matos dans la voiture et j'ai (avec Fany) pris la direction des Cantons de l'Est et plus précisément à La Calamine ou Kelmis (en allemand), à 5 km de Aix-la-Chapelle (Allemagne). Pourquoi allez si loin ? En fait, pour la première année, je compte faire le challenge V.O.R. (Verband Ostbelgisher Radsportler) que l'on traduit par la Fédération cycliste des Cantons de l'Est. Après la 1ère manche à Eupen, c'est donc Kelmis qui était le lieu de la seconde manche.



    calamine-227

    Mais avant de vous raconter ma course, un peu de culture (ça fera du bien à tous ! :-) :

    le mot "calamine" désigne des minerais de zinc non-sulfurés d'origine supergène en environnement carbonaté. Il tire son origine de la localité belge "La Calamine" (Kelmis en allemand) où un gisement a été exploité de façon continue depuis le 14ème siècle jusqu'en 1884. Ce gisement a produit plus de 600.000 tonnes de Zn métal.



    Dès mon arrivée là-bas vers 13h30, ça a déjà mal commencé : j'ai du attendre 30' pour m'inscrire alors qu'il y avait max. 15 à 20 gars devant moi ! Incompétence totale !!!!

    Il va de soit que vu cette perte de temps, mon échauffement a été très écourté et je n'ai évidemment pas su repérer le parcours, surtout que celui-ci faisait 11 km et que l'on devait le faire 4 fois. J'arrive au départ et là, les 3/4 de coureurs étaient déjà dans le box de départ qui était .... unique ! J'allais donc partir de très loin ...

    Cela me faisait pas peur car 44 km c'est long, j'avais le temps de remonter. Mais j'aurais pu le faire sur un vrai parcours de VTT mais ici, c'était des autoroutes !!! Pas 1 m de technique ou de singeltrack sur 11 km ! C'était tout à droite et on pousse ! Vraiment pas pour moi ... Dans le 1er tour, malgré une belle remontée, je voyais bien que j'allais manquer cruellement de puissance pour tenir la distance. Dans le 2e tour, alors que je ne pouvais déjà et encore plus compter sur mon frein arrière, plusieurs coureurs sont revenus sur moi. Impossible de les suivre dans les montées ! Je m'accroche tout de même dans les relances et reviens au caractère.

    Mais dans une descente rapide, alors que j'avais pris la tête du groupe, je n'ai pas su freiner correctement et j'ai pris un virage trop rapidement. Ma roue avant à commencer à glisser sur le côté et je ne sais pas comment j'ai pu rester sur le vélo sans m'éclater la tête sur le sol ! Dans ma manoeuvre pour éviter la chute, ma selle a bougé et s'est inclinée vers le bas. Mais 500 m plus loin, c'était le coup de grâce, j'étais à plat de l'avant. Je tente de regonfler avec une bombe de CO2, mais ça n'a pas tenu. Comme j'étais assez loin de la zone mécanique que j'ai tout de même rejoint, j'ai préféré arrêter les frais en abandonnant car à ce moment-là, après les jambes et la mécanique, c'est la tête qui a lâchée.

    J'étais vraiment pas dans le coup aujourd'hui et il va falloir que je me remette en question dès cette semaine. C'est frustrant de faire un si long déplacement et en finir ainsi. J'y allais très motivé mais sur le vélo, j'ai été complètement absent que se soit physiquement et encore plus grave, dans ma concentration durant la course. J'espère que c'était simplement un jour sans.

    Je peux dire déjà "au revoir" au challenge V.O.R. et dans une semaine, à Bontonville (Chimay), si je ne veux pas le faire non plus pour le T.J.V. et la Wallonia Cup, j'ai intérêt à me bouger ! Pas si facile que cela le sport de compétition, n'est-ce pas ? Rien n'est jamais acquis ...

  • Allure Libre de Graide

    dyn006_original_200_100_gif_2618983_f3228a471049bb11ebd67f49ca2624d0Ce samedi, j'ai pris de nouveau la direction de l'Ardenne pour la 8e manche du challenge des allures libres d'Ardenne. Celle-ci se déroulait à Graide-Station (province de Namur), un petit village situé non loin de Bièvre.

    Le 2e jogging de la "LA Bounante"* proposait un parcours de 6,2 km pour le court et de 12,2 km pour le long.


    *La Bounante est la dernière gaufre que l'on cuit et dans laquelle on introduit le morceau de lard (ou ce qu'il en reste), morceau de lard avec lequel on a graissé le fer à gaufres pendant toute la cuisson.

    carte_belgiqueAprès un petit échauffement de 20' (les 2 premiers km aller-retour), j'ai vite vu que j'avais encore des traces de la sortie sur route d'hier. Les cuisses sont lourdes et je manque de puissance. Le parcours que je connais bien puisque je suis venu ici voici 2 ans et j'avais remporté ma toute première course à pied, peut se définir par 2,5 km de faux-plat descendant et puis 2,5 de remontées pour terminer avec 1 km de plat.

    Sur la ligne de départ, beaucoup de gens que je connaissais pas mais les têtes d'affiches, elles, s'alignaient sur la grand distance. Dès le départ, je suis avec les meilleurs et prend même la tête dans un petit faux-plat. Mais dès l'entame de l'ancienne voie de train ou tram vers Graide, les meilleurs du 10 km accélèrent et malgré mon souhait de vouloir les suivre, j'ai de suite coincé. Je suis donc resté en 6e position mais j'étais en tête du court avec 2 autres coureurs en ma compagnie.

    En traversant le village de Graide (entre le 2e et 3e km), j'ai accéléré dans une petite côte sur route pour m'isoler en tête de la petite distance.Je vais passer un coureur de la grande distance vers le km 3,5. Vient par la suite une sérieuse côte qui débute sur route et puis sur un chemin. dyn003_original_60_100_gif_2618983_ab399561f43c34e6b2b4ef9cbf2ab8a4Je l'ai pris rapidement au début mais j'ai évidemment du ralentir avant le sommet. Mais mon avance sur le 2e du court était d'environ 20" et comme je le connais bien, je savais que si je gardais un bon rythme, il ne saurait pas faire le bon sur moi. Je remporte finalement ces 6,2 km en 23'17" soit à une moyenne de 16,0 km/h. Je remporte ainsi ma 5e victoire et même si je sais très bien que c'est pas le très haut niveau, moi, ça me va vraiment et ces résultats me font très plaisir ! Sur le long, le course a été remportée par Jérémy Demars. 15' de décrassage car j'en avais besoin et puis direction la douche et ensuite le bar pour déguster ... une gaufre !!!


    RESULTATS

  • city-trip New-York (9 ème partie)

    Cela fait un petit temps que je n'en parle plus mais notre city-trip à NEW-YORK est loin d'être terminé ! Let's GO ! Rappelez-vous : on avons visiter Central Park ce dimanche sous un beau soleil et avons vu en "live" la victoire des GIANT au superbowl ...

    Nous sommes lundi ! En regardant par la fenêtre, on constate de suite que le temps ne sera pas de la partie aujourd'hui. Il neigeait mais c'était de la neige fondante. Après notre petit-déjeuner à l'hôtel, nous sommes descendu dans la rue pour aller à la station de métro. Il ne neigeait déjà plus mais il faisait froid.

    Les Giants étaient champions, c'est vrai ! En tout cas ici, tout était en place pour s'en rappeler ! Beaucoup de gens portaient les maillots ou alors les t-shirts ou autres sweets déjà fabriqués pour marquer l'événement !

    HPIM4368


    circuit_wallstreetEnfin, on prend donc le métro pour .... le sud de Manhattan ! A nous Wall Street mais avant cela, La statue de la Liberté et Ellis Island !

    On descend du métro à la station "Bowling Green". On laisse dernière nous tous ces buildings et devant nous se présentent "Battery Park" et le "Castle Clinton". Ce "castle" est un édifice bas et ovale en pierre au centre du parc. Il a été construit en 1811. Une batterie de canons protégeait alors la ville (d'où le nom). Une fois les guerres finies, Castle Clinton fut transformé en centre d'accueil pour les immigrants, en attendant l'ouverture de celui d'Ellis Island.

    HPIM4279
    En avant-plan, Le Castel Clinton et Battery Park.


    Battery Park accueille aujourd'hui la sculpture The Sphere for Plaza Fountain (Fritz Koenig - 1971), qui trônait autrefois sur la place du World Trade Center, au pied des Tours jumelles (Twin Towers). Abîmée et cabossée, la sphère témoigne de la violence des attentats du 11 septembre 2001. Tout à côté, une flamme éternelle brûle en hommage aux victimes. On y retrouve également le New York Korean War Memorial du sculpteur Mac Adams.

    450px-KoenigSphereJuly2007449px-Battery-park-eagle
    A gauche : The Sphere. A droite : New York Korean War Memorial


    On rentre dans le "Castel" où se trouve la billetterie pour la combinaison ferry-Statue de la Liberté - Ellis Island sans oublier, 2 tickets pour les audioguides en français des 2 sites à visiter. (A conseiller fortement surtout pour Ellis Island).
    Avant de monter dans le ferry, on a eu droit à un contrôle de sécurité. Une fois sur le bâteau, nous sommes monter directement au dernier étage (3) malgré la bruine. Les moteurs s'allument et doucement, le bâteau quitte le quai et nous nous éloignons de Manahattan ....

    HPIM4285
    La première vue de Manahattan quand on vient par la mer ! Avec les tours jumelles, cela devait être grandiose !

    HPIM4292
    Manahattan sur toute sa largeur. A droite, le pont de Brooklyn.

    On se retourne sur le bateau et on la découvre, la "Liberté éclairant le monde (Liberty Enlightening the World)", plus connue sous le nom de "Statue de la Liberté (Statue of Liberty)".

    HPIM4288
    La Statue de la Liberté est l'un des monuments les plus célèbres de la ville de New York. Elle est située sur l'île de Liberty Island au sud de Manhattan, à l'embouchure de l'Hudson River et à proximité d'Ellis Island. Elle fut offerte aux États-Unis par les Français en 1886, pour commémorer le centenaire de l'indépendance américaine et en signe d'amitié entre les deux nations. L'inauguration de la Statue fut célébrée le 28 octobre 1886 en présence du Président des États-Unis, Grover Cleveland. La Statue est due au sculpteur français Frédéric-Auguste Bartholdi et sa structure interne est l'œuvre de l'ingénieur Gustave Eiffel.

    HPIM4289
    La Statue de la Liberté, en plus d'être un monument très important de la ville de New York, est devenue l'un des symboles des États-Unis et représente de manière plus générale la liberté et l'émancipation vis-à-vis de l'oppression. De son inauguration en 1886 au Jet Age (l'air des avions), la Statue a ainsi été la première vision des États-Unis pour des milliers d'immigrants, après une longue traversée de l'océan Atlantique. Avant de débarquer aux Etats-Unis, ces derniers devaient d'abord s'arrêter sur l'île voisine qu'est Ellis Island, mais j'en parlerai dans la 10e partie.

    HPIM4293
    Photo prise du "Statue of Liberty National Monument", avec en arrière-plan, Manahattan. On peut vous dire qu'on gelait sur place ! Il devait faire 0 à 1 °. Mais, on était à New-York, na !

    HPIM4297
    Les mêmes "glaçons" mais au pied de la Statue ! C'est la marque Northwave qui va être content !

    On décide de rentrer dans la statue car c'était gratuit mais ... on a mis quasi 30' pour y accéder car de nouveau, on a eu droit à un contrôle de sécurité avec même des souffleries ! ???? Enfin, après avoir hésité à faire demi-tour, nous y rentrons tout de même. Une belle exposition nous explique comment la statue de la Liberté a été construite et puis nous arrivons dans une salle où on pu voir la torche initiale. On a commencé à monter des escaliers et puis des escaliers et encore des escaliers pour arriver au-dessus du socle avec une vue sur ... pas grand chose ! Grosse déception ! Après les attentats du 11 septembre 2001, l'île de Liberty Island fut fermée, avant d'être à nouveau ouverte au public en décembre de la même année. Le monument en lui-même ne rouvrit que le 3 août 2004, mais l'accès à l'intérieur de la Statue demeure fermé depuis les attentats, sauf le socle de dix étages et le musée qu'il abrite sont ouverts aux touristes.

    HPIM4298HPIM4299

    Photo de gauche : Le flambeau qui est actuellement tenu par la Statue n'est pas celui qu'elle arborait lors de son inauguration en 1886. Il a été remplacé par une nouvelle torche recouverte de feuillets d'or, qui est éclairée par des lampes placées sur le balcon qui l'entoure. En 1985, pour rénover le flambeau de la Statue, les États-Unis ont fait appel à une entreprise de Bezannes, près de Reims, où travaillent des artisans experts en ferronnerie d'art. Une équipe de Rémois a donc remis à neuf la torche rongée par la rouille. L'ancienne torche est aujourd'hui exposée dans le musée situé dans le hall de la structure.

    Photo de droite : vue de l'intérieur de la structure de la Statue.

    HPIM4300
    Au 10e étage du socle, voici une vue lointaine du pont suspendu de Verrazano reliant les districts de Brooklyn à Staten Island, et célèbre pour .... être le départ du Marathon de New-York ! La course débute à Staten Island et le pont qui est normalement réservé au trafic des véhicules, est totalement fermé pour l'évènement. Pendant les premières minutes de course, le pont est submergé de coureurs, image qui fait chaque année le tour du monde et qui est toujours le point fort de ce marathon. Le tracé passe ensuite par Brooklyn puis par le Queens. Les concurrents traversent l'East River par le pont Queensboro pour rejoindre Manhattan. L'itinéraire va ensuite vers le nord sur la Première Avenue et passe brièvement dans le Bronx avant de retourner à Manhattan par la Cinquième Avenue et de se terminer dans Central Park...

    HPIM4301
    J'aime bien cette photo : notre petit embarcadère sur notre îlot et là-bas Manahattan, un endroit où il nous arrive d'aller faire nos emplettes .....

    HPIM4303

    Après avoir redescendu de la Statue, nous avons été chercher nos audioguides et avons refait un tour en écoutant les informations intéressantes concernant cette Madame ! Ensuite, nous avons repris un ferry pour .... ELLIS ISLAND !

  • Allure Libre d' Habay

    dyn006_original_272_149_gif_2618983_0ef3600ee7b516b401cb08571f1a4804carte_accueilMa dernière allure libre de Gaume datait du ....02 mars à Ruette ! Mais comme ce weekend, je n'avais pas prévu de course VTT, j'ai décidé de doubler après ma course de vendredi à Bellefontaine. J'ai donc fait le long déplacement jusqu'à Habay (7 km), pour la 19e manche des allures libres de Gaume.

    "Le Circuit des 2 Etangs", organisé par l'Ecole Fondamentale de la Communauté Française, proposait 6 et 11 km. En fait, pour les connaisseurs, on peut dire que se sont les "mini-Forges d'Habay" ! Très agréables parcours avec le casse-patte qu'est la montée des escaliers derrière l'église pour revenir à Habay.

    M'étant levé à la "bourre", j'ai eu juste le temps de m'habiller en "joggeur" et manger un petit truc. Je m'inscris à 9h30 et à 9h32, je passe au WC (Ou que j'aille faire des courses, je dois aller visiter les toilettes, c'est un pèlerinage pour moi !). Je salue plusieurs personnes (Jean-Marie, Vincent et sa petite tribu, Laios, ...)et je m'échauffe un peu. Sur la ligne de départ, je vois bien que c'est pas les allures libres d'Ardenne ! Ici, il y a bien 400 à 500 coureurs ! Beaucoup de monde et du beau monde ! Comme je connaissais la parcours (je m'entraîne souvent sur ces sentiers à pied et en vtt), j'avais décidé d'en garder jusqu'au sommet de la première grosse côte (km 2,5) et d'accélérer par la suite.

    Mais dès le départ, c'était un sprint pour tous ! Les meilleurs vont passer le km 1 en 2'50", moi, en 3'05" ! C'est très voire trop rapide pour moi mais il y a déjà beaucoup de monde devant moi. Tout se passe bien pour Jean-Marie qui est devant et pour Vincent qui est juste derrière moi. Pourtant, ils m'ont dit qu'ils étaient malades depuis hier (gastro). Après la piste d'athlétisme, on fait le tour de la Mairie pour rentrer dans les bois via une belle bosse. Je la monte au train et me réserve encore pour respecter ma tactique. Vincent revient dans mes talons et je vois que devant, les écarts deviennent importants. Heureusement, le sommet arrive et je change de vitesse. Avant d'arriver au château du Pont d'Oye (bifurcation du 6 et 11 km au km 3,2), je passe 2-3 coureurs et dois me trouver en 7e position.

    800px-Habay_JPG02
    Le château du Pont d'Oye


    Je passe sous l'arche du château et prends un petit sentier sur la droite. J'arrive sur la route qui amène les voitures au château ou au "Plats canailles de la Bleu Maison" (pour les gastronomes !). Là, je gagne encore une place ! Devant moi, je ne vois plus Jean-Marie qui est en tête mais ses 4 poursuivants ne sont pas loin de moi. Sur le sentier qui longe la route Habay-Heinstert, je passe en 5e position et me rapproche du 4e. On repasse à côté de la Mairie et c'est la fameuse remontée des escaliers vers le village qui se présente.

    800px-Habay_JPG01
    Le bas d'Habay. Les escaliers (au centre) nous font revenir vers le centre d'Habay, mais ceux-ci sont irréguliers aussi bien en longueur, qu'en hauteur.


    Je pensais pourvoir revenir dans les escaliers mais je n'ai pas eu les jambes pour le faire. Je vais revenir à 15 m de lui à 100 m de l'arrivée et finalement je n'ai pas su faire le bond. Je termine ces 6 km en 22'54'', à 49'' du vainqueur, Jean-Marie. Je pense que j'ai été un peu trop laxiste les premiers km car je ne suis pas si loin que cela de la 2e place. Pour sa part, Vincent a craqué un peu quand j'ai accéléré et s'est fait passer par 3 coureurs sur la fin pour terminer à la 11e place. Etant donné que ma chérie était partie à la rando vtt de Jamoigne, je suis resté un peu plus longtemps (12h30) avec Jean-Marie et Laurent Martin.
    Enfin, ces deux courses en 3 jours sont un super entraînement pour ma prochaine course en Ardenne samedi prochain, à Graide. Je compte faire une seule sortie à pied (du spécifique) cette semaine et privilégier le vélo car j'ai aussi 2 belles courses qui m'attendent : dimanche 25 mai à LA CALAMINE (V.O.R. 2) et le dimanche 01 juin à Boutonville, Chimay (Wallonia Cup 3 et T.J.V. 4).

  • Allure libre (h.ch.) Bellefontaine (16/05/08)

    tintignyCe vendredi 16 mai, j'ai participé à l'allure libre de Gaume (hors challenge) qui se déroulait à Bellefontaine. Le temps de passer chercher les "ptios" Amélien, Maxence et Florian à Tintigny (Ils ont couru la course enfants juste après notre départ), nous sommes arrivés au terrain de foot vers 19h20. (course vers 19h50).

    Je m'étais donné rendez-vous avec le "kénian blanc", Jean-Marie Delebois. Mardi, j'avais été avec lui faire .... du run and bike à Habay ! forges_habayweb1202456693Je suis parti en VTT de Rulles à Habay et nous avons voulu faire le tour des 19 km de la course "Les Forges de la fôret d'Anlier" car J.-M. compte faire cette course le 21 juin. Mais je me suis trompé à un endroit et nous avons fait environ 21,5 km en 1h25'. c'était vraiment chouette et ... usant. Je suis rentré ensuite en vélo à Rulles pour décrasser et aller dormir ! Je plaisante, j'ai bêché le jardin !!!.

    Mais à 19h25, toujours pas de J.-M. et c'est avec le "Gilou" qui venait d'aller rouler, à bloc, sur le parcours des 3 vallées (CLM de Ste-Marie S/S), que je me suis échauffé (2 km). Ensuite, J-M s'est joint à nous avec J. Deckeyser et V. Guebs. pour de nouveau environ 2 km.

    Vers 19h50, le départ à été donné au bout de terrain de football. J'ai pris le premier le ballon, dribblé 4 joueurs, tiré au but et ..... poteau ! Traduction : je suis parti en tête avec Jean-Marie qui m'a dit qu'il faisait la course en entraînement pour dimanche (heureusement !). Seuls V. Guebs et ??? nous ont suivi. Nous avons passé le 1er km en 3'25" et 500m plus loin, c'était la bifurcation. On tourne à droite pour le court (6,5 km) et les 2 autres, à gauche pour le long (10,5 km). On ne voyais déjà plus personne derrière nous pour le court !

    dyn003_original_800_493_pjpeg_2558230_5fb821badb85a596b3508fd57063b478


    On a ralenti malheureusement un peu trop le rythme car la pression était absente et on a couru la suite ensemble sans se mettre dans le rouge. Je voyais bien que si J.-M. voulais partir, je n'aurais jamais pu l'accompagner. On termine ensemble ces 6,5 km en 22'15". Rassurez-vous, ces 6,5 km faisaient plutôt 5,8 km ! On me déclare vainqueur pour un pied d'avance ! Le 3e termine à plus de 2' ! Sur le long, c'est Jonathan Deckeyser qui remporte la course, juste devant Vincent Guebs (ils ont terminé aussi ensemble).

    dyn003_original_800_539_pjpeg_2558230_8a2306cc17aceb454d70c582f60cfcc3
    Hé, je vole !!!!
    Un bon décrassage de 5 km (parcours à l'envers) avec J.-M. durant lequel plein de projets ont été proposés et plusieurs ont été pris au sérieux, mais chuttttt ! Allez, je vous en dit un : je compte aller faire le marathon (à pied évidemment) de La Rochelle, le 30/11/08 ! Je n'y serai peut-être pas le seul ... D'autres candidats ????On a aussi croisé, durant ce petit tour, Michael Henry, ce sympathique voisin français, grand passionné de course à pied, qui avait fait le déplacement pour ... faire des photos !!! Allez voir son blog car si vous avez fait une fois une course quand il était là, vous avez certainement été pris en photo ! (voir mon lien dans "autres blogs" : espace marathon 88 ou sur la photo de Mika ci-jointe.

    henry


    Enfin, on a terminé pas une, deux, .... tournées de Kriek ! Dommage que Vincent le cascadeur nous a fait faux bon ! Où alors, il sentait le piège d'après-course ....